La migration vers Téléconduite 2000

 

Le Programme Téléconduite 2000 doit faire face à un double challenge :

  • Faire cohabiter l’ancien et le nouveau réseau de téléconduite,
  • Assurer la migration des EA vers le nouveau réseau de téléconduite tout en assurant la continuité du service.

Or, revers de la médaille de la richesse du produit ARTERE, le raccordement d’un EA à ARTERE est une opération assez lourde et le LCA(1) n’est disponible que sur des systèmes d’exploitation de type UNIX récents. La décision sera donc prise de ne pas raccorder directement à ARTERE les équipements du palier SDART, à une exception près : les CACQ qui serviront de passerelle dans les dispatchings entre l’ancien et le nouveau monde(2).

Le Programme Téléconduite 2000 comportait 4 étapes.

L’étape 1 (1996-1998) était essentiellement consacrée à la mise en place de l’infrastructure ARTERE : réseau X25, Stations Réseau, Centre d’Administration du Réseau et développement d’une version du CACQ connectée à ARTERE : le CACQN. Le déploiement des premiers EA connectés à ARTERE commençait : les PEXI (3).
L’étape 2 (1998-2000) voyait le début du déploiement des équipements de terrain au niveau de la production thermique et hydraulique.
L’étape 3 (1999-2003) se caractérisait par le remplacement du SCADA du Dispatching National, le SYSDIC, et par la fin des déploiements des PEXI et des équipements pour la production Hydraulique.
L’étape 4 (2003-2005) était dominée par le renouvellement des SCADA des Dispatchings Régionaux, les SIRC : cela fera l’objet du projet SRC.

 

Ce planning d’ensemble va connaître des glissements, dus pour certains à des difficultés techniques, pour d’autres à des changements d’organisation. Le changement majeur résulte de la création de RTE(4) en 2000 et de la séparation des activités de transport et de production qui en découlent. Le développement des équipements de production quitte le domaine technique du Programme Téléconduite 2000 et les interfaces entre la téléconduite et les centrales seront désormais gérées de façon contractuelle entre RTE et les Producteurs.
Au niveau des SCADA, le Dispatching national et les Dispatchings régionaux avaient des besoins dont une partie était commune. Les difficultés du projet CRC ont amené la direction du Pôle SEPR(5) à une certaine prudence et à ne pas lancer simultanément leur rénovation. Le SNC a été choisi, car d’une part il présentait, a priori, une complexité moindre que celle des régionaux ( Un site unique, pas de télécommande, pas de gestion élaborée d’alarmes réseaux…) et d’autre part le SYSDIC n’avait pas suivi de cure de rajeunissement à l’instar du SIRC.

Figure 1 : architecture cible de la téléconduite à l’horizon 2008 : correspond grosso modo à l’étape 4 du programme Téléconduite 2000 (source : Schéma Directeur National de la Téléconduite de 2004)

_________________________________________________________________________

 

(1) Logiciel de connexion à ARTERE …….
(2) D’autres passerelles seront développées par la suite : la PEE passerelle d’échanges avec l’extérieur pour échanger avec les autres GRT, P2TR passerelle d’échange avec les producteurs, la PER, passerelle d’échange régionale.
(3) Pupitre d’Exploitation Informatisé : en fait un petit SCADA qui remplace les calculateurs de PCG, les EDT. Il permet la conduite des PA depuis le PCG.
retour

(4) Réseau de Transport Electricité : Gestionnaire du Réseau de Transport d’Electricité au sens des directives européennes sur la régulation du marché de l’électricité.
(5) Système Electrique et production Régionale : un des pôles constituant la Direction EDF Production Transport.
retour