Evolution du réseau français à 400 kV de 1958 à 2000

En quelques images, ce document montre l’évolution du réseau de grand transport depuis 1958, date de la première ligne à 400 kV jusqu’à l’an 2000. Pour chaque période, les lignes nouvelles apparaissent en rouge plus foncé. On pourra remarquer l’accélération de la construction du réseau aux alentours des années 1980, conséquence du développement de la production électronucléaire et de la consommation.

Ces croissances auraient suffit, à elles seules, à entraîner un développement important des télécommunications, mais de plus, les exigences croissantes en matière de qualité de l’alimentation électrique des clients-consommateurs et la nécessité d’améliorer la protection des réseaux comme la stabilité du système électrique (plan 75) ont encore renforcé les liens entre courants forts et courants faibles au sein des entreprises en charge du système électrique français.

Ci-dessous : Animation de l’évolution du réseau « 400 kV » de 1958 à 2000

 

 

 

 

 

 

 

Source des cartes : RTE-CNER

2 thoughts on “Evolution du réseau français à 400 kV de 1958 à 2000

  1. Super site historique, pour quelqu’un comme moi ancien de groupement (JTS en 1982 à CRENEY) et maintenant à RTE en charge à Paris de la formation de l’Exploitation dans le domaine du SI, je retrouve mes jeunes années.
    L’évolution est loin d’être terminée avec des projets comme SIDRE ou SIDORE

    Cordialement

  2. Je n’ai pas encore parcouru tout le site, mais je félicite le travail de mémoire réalisé par les différents rédacteurs. Au delà des aspects techniques qu’il faut a tout prix sauvegarder, je pense qu’il serait également intéressant d’ouvrir une rubrique « témoignages » et recueillir quelques souvenirs de ceux qui ont vécu cette formidable aventure pendant qu’il sont toujours de ce monde: ingénieurs et techniciens qui ont développé et maintenu les composants et les systèmes, exploitants et dispatchers qui ont du se les approprier et permis de les améliorer. il existe ça et là des amicales ou « associations d’anciens de » dans lesquels se trouvent des tas de personnes qui peuvent en parler…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *