Le pupitre du C 90-40 et la façon de s’en servir…

Le pupitre du C 90-40  se présentait de la façon suivante :

Le démarrage du calculateur

 Le pupitre permettait la mise sous tension du calculateur par le bouton Marche

 

 Puis, il offrait le choix du périphérique d’amorçage (Bande, ruban, disque ou cartes) à l’aide de deux clés à deux positions et à retour à zéro automatique. Et c’était parti…

La mise au point de programmes

Lors de la mise au point on insérait dans le programme des instructions « HLT » qui figeaient le calculateur lorsqu’elles étaient exécutées. Cela était signalé au pupitre par l’allumage de la lampe éponyme

 
 Un coup d’œil au P counter (qui donnait l’emplacement mémoire en cours – 14 bits de droite –  et l’état de l’extension mémoire – deux bits de gauche – ). permettait de savoir moyennant un rapide calcul en octal la halte sur laquelle on était  
Le 90-40 étant sur iddle, on pouvait visualiser et modifier les registres et la mémoire à l’aide de la zone registres. La molette située à droite de la zone permettait la sélection du registre :
A et B accumulateur principal et extension
X index
C instruction en cours de décodage
Le contenu du registre était indiqué par des lampes vertes allumées (1) ou éteintes (0).
On pouvait modifier le contenu du registre affiché à l’aide des petits boutons bleus situés en dessous des lampes de visualisation. Le 25 ème bouton situé complètement à gauche permettait de remettre le registre à zéro.
Pour visualiser la mémoire, cela était un peu plus compliqué.
On positionnait la molette sur le registre C. On entrait l’instruction branchement inconditionnel (BRU de code 01) vers l’adresse souhaitée. Dans l’exemple ci-dessous nous avons pris l’adresse octale 022567  ce qui donne, comme il n’y a ni indexation, ni indirection, pour  la valeur du registre C:  00122567.

A l’aide de la clé « run-iddle-step » on faisait alors un pas (step). On pouvait alors vérifier dans le P counter que l’adresse désirée était bien atteinte et voir dans C le contenu de la mémoire désirée.
Le contenu de la mémoire 022567 est 00000007.

Pour modifier le contenu de la mémoire cela était encore un peu plus compliqué.
Toujours à l’aide de la molette, on affiche la registre A et on l’initialise à la valeur souhaitée pour la mémoire, puis on passe sur le registre C dans lequel on rentre l’instruction store A (STA code octal 35 ) qui permet de ranger le contenu du registre A à l’adresse indiquée dans le champ adresse. Puis on fait un pas (STEP) avec la clé « run – iddle – step ». le calculateur exécute alors l’instruction contenue dans le registre C et range à l’adresse mémoire souhaitée le contenu qui avait été rentré dans le registre A.

Et pour faire un patch mémoire…

Vous avez tous les ingrédients, il ne reste que la méthode.
Tout d’abord, dans le programme que l’on souhaite patcher,  il faut:
• Choisir à quel endroit du programme se fera le débranchement vers le patch.
• Noter l’instruction complète (opcode, adresse, index, indirection, extension mémoire…) qui figure à l’endroit où l’on va se débrancher.
• Trouver la première adresse mémoire disponible en fin de programme et la noter.
• Préparer sur papier, sauf à être très doué et chanceux, les codes de la séquence d’instructions à ajouter. Ne pas oublier que la première instruction doit être celle qui occupait la place où l’on mettra le débranchement et que la dernière doit être un retour vers le programme initial à l’endroit le plus judicieux. Il faut connaître l’adresse de départ du patch (notée soigneusement dans un point précédent) pour pouvoir éventuellement calculer les adresses de sauts dans le patch ou de mémoire auxiliaire de travail.
• Entrer la séquence précédente en mémoire selon le mode d’emploi vu plus haut, ce qui nécessite un certain temps et une certaine dextérité.
• Ecraser l’instruction à l’adresse choisie pour le point de débranchement par un branchement inconditionnel au début du patch (BRU  code 01)
• Tester le programme modifié.
• Si le patch a fonctionné, perforer le nouveau ruban (exécutable du programme) et, bien entendu, mettre à jour le paquet de cartes correspondant (source du programme).

En rédigeant cet article et, en feuilletant de la documentation de l’époque, j’ai été surpris de constater que je me souvenais encore des codes des instructions les plus utilisées, par contre je ne me souviens plus par cœur des tables d’addition en octal, l’âge, peut-être?

 

Pour ceux que le début de cet article n’a pas encore rebuté, ou pour les nostalgiques du 90-40, nous poursuivrons avec la suite de l’examen du pupitre.

La zone Canal

A l’aide de la molette à 8 positions située à gauche, on sélectionnait le périphérique souhaité dont on avait l’adresse sur les lampes de droite et un indicateur d’erreur.

l’overflow

L’indicateur indiquait l’occurrence d’un dépassement de capacité lors d’une opération arithmétique.

Les interruptions

L’indicateur indiquait si les interruptions étaient désactivées et la clé associée permettait d’inverser la situation.

La parité mémoire

L’indicateur indiquait la détection d’une erreur de parité en mémoire. La clé située en dessous permettait de lancer la poursuite du programme (non sans risque puisqu’une instruction ou une donnée utilisée avait été corrompue.).

Vous êtes arrivés à la fin, bravo ! Vous êtes probablement devenus, à cette occasion, un vrai pro du 90-40 mais, c’est bien dommage, il n’en existe plus….

One thought on “Le pupitre du C 90-40 et la façon de s’en servir…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *