Les CPL (Courants Porteurs en Ligne) sur les réseaux à Haute Tension

Au sigle de CPL, l’immense majorité des personnes vous indiquera que ce sont de petits boitiers, bien pratiques pour diffuser la télévision ou l’informatique dans la maison et que leur développement est une des réponses aux besoins générés par de développement de la microinformatique personnelle ; la réalité est toute autre…

L’histoire des CPL, les Courants Porteurs en Ligne, qui débute en France dans les années 1930, est fortement liée aux besoins de téléphonie pour exploiter les réseaux électriques qui a été dénommée « téléphonie HF » pour la distinguer de la téléphonie classique. La force de l’habitude fait que ce terme désigne encore aujourd’hui la téléphonie d’exploitation à RTE. De même pour les télé-actions on utilise encore souvent le terme « TAC HF ».

Mais comment en est-on arrivé à concevoir puis à mettre en œuvre cette technique particulière?

Deux grandes avancées dans la transmission des sons par les ondes à la fin du XIXème siècle ont été utilisées de façon conjointe et innovante par les électriciens pour la transmission sur les lignes d’énergie de la voix et des signaux de télé conduite et de télé protection, à savoir :

  • la téléphonie publique en « bande de base », la basse fréquence de la voix humaine se propageant sur courtes distances
  •  la radiodiffusion hertzienne où le signal utile audible en basse fréquence (BF) module une onde porteuse de haute fréquence (HF) se propageant sur longues distances

Ces premières actions ont fondé les bases de l’intelligence nécessaire à l’exploitation des réseaux électriques interconnectés émergeants et entrainé, en France, la création du premier réseau téléphonique national des électriciens avant même la nationalisation de 1946.

Dispatching de Cholet en 1936. Les outils sont le papier, le téléphone et quelques enregistreurs.

La téléphonie HF basée sur les CPL fut l’outil de base d’exploitation du système intégré production-transport-distribution avec présence humaine dans les usines et dans les postes, jusqu’au début de l’automatisation dans les années 1960. Les CPL ont permis aussi la transmission des premières téléprotections, télémesures et téléréglages, organisés dans un réseau privé mais compatible et raccordé au réseau téléphonique public commuté.

Cette histoire, que nous allons vous détailler dans les articles ci-après, suivra globalement les chapitres du livre de 1946 de André Chevallier, professeur à SUPELEC – le document le plus ancien du fonds ESTEL sur les télécoms d’exploitation EDF – qui détaille la théorie et la pratique des CPL à la lumière des usages (protection, exploitation, dispatching…) et qui a été le livre de chevet de bon nombre d’agents télécom :

Nous vous invitons donc à prendre connaissance des articles suivants :

Illustrations du livre d’André Chevalier : 

CPL-1a-Chevalier

Couverture du livre

CPL-1b-Alsthom

Publicité CPL Alsthom

CPL-1c-Lepaute

Publicité avec les liaisons HT équipées en HF par Lepaute

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *