Présentation de la note Saumon

La note saumon est un document qui a structuré le travail sur les besoins en téléinformations et sur leur qualité. Cette note est très volumineuse (une centaine de pages environ), aussi, la présente démarche est-elle d’en faire une présentation plus digeste en alternant des extraits majeurs de la dite note et des présentations succinctes des parties moins denses.

Nous commencerons par la page de garde « de l’époque » qui vous permettra de comprendre, au vu du titre complet, pourquoi le terme de note saumon (référence à la couleur de la couverture de la brochure initiale) a été le terme utilisé par tout le monde !

Quelle est la structure de la note saumon ?

La note saumon est composée d’un corps principal et plusieurs annexes.

Le corps principal est structuré comme suit :

Une introduction qui :

  • positionne la contribution de la note dans la démarche d’amélioration continue de la sûreté du Système électrique.
  • Présente la structuration de la note
  • Précise les besoins spécifiques au SAS (Système d’Alerte et de Sauvegarde)
  • Explique les principes retenus pour la mise à jour des folios
 

Le chapitre A définit la politique pour la qualité des téléinformations notamment

  • Les critères retenus
  • Les performances attendues
  • Les modalités d’application

Les chapitres suivants donnent une vision détaillée des informations et actions nécessaires en fonction de regroupements opérationnels

Le chapitre B est consacré aux informations du réseau de transport classées au sein de tranches (liée à des ouvrages haute tension –ex ligne, transformateur – ou à des fonctionnalités – ex différentielle, contrôle barres- )

Le chapitre C concerne les informations liées aux centres de production nucléaire

Le chapitre D concerne les informations liées aux centres de production thermique classique

Le chapitre E concerne les informations liées aux centres de production hydraulique

Le chapitre C concerne les informations liées aux fonctions système (notamment les réglages secondaires – fréquence/puissance et tension-)

Puis viennent des annexes….

Voici comment nous allons aborder, ci-après,  la présentation de la note saumon

Le chapitre A présente les grand principes et les définitions de base, il est donc repris quasiment dans son intégralité. Les parties moins riches ou moins pérennes sont résumées en italique dans le corps même du texte,

Les autres chapitres sont largement résumés, les parties reprises de la note initiale seront repérées dans le corps de la présente note.

 

 

CHAPITRE A : Qualité des Télécommandes et des Téléinformations
Les moyens d’action et les téléinformations nécessaires à la conduite courante du système Production – Transport – Consommation ou au fonctionnement des réglages sont acheminés par l’intermédiaire d’un réseau de téléconduite dont la qualité est essentielle.

La qualité attendue en matière de moyens d’action et de téléinformations est donc définie :

  • d’une part grâce à un critère global d’inaccessibilité sites.
  • d’autre part grâce à des critères individuels de performances qui caractérisent chaque moyen d’action et chaque téléinformation.

Dans tous les cas, les moyens d’actions et téléinformations relatifs à un ouvrage doivent être à disposition lors de sa mise en service.

Remarque:

Les indisponibilités causées par les travaux sont à prendre en compte dans les performances attendues en matière d’accessibilité et de disponibilité. La durée des indisponibilités programmées est à négocier localement.

Al  Les critères retenus

Parmi l’ensemble des grandeurs qui décrivent la qualité des moyens d’action et des téléinformations, seules sont retenues dans la Note Saumon :

  • les caractéristiques constructives qui sont acquises une fois pour toutes et ne sont donc pas évolutives
  • les grandeurs qui peuvent être amenées à fluctuer et pour lesquelles il existe (ou il existera à court terme) des indicateurs permettant de suivre leur évolution.

INACCESSIBILITE SITE (POSTES OU CENTRALE)

Cette notion, qui donne une image de la non-disponibilité du réseau de téléconduite, est définie de la manière suivante : les postes d’un même site ou une centrale sont dits inaccessibles lorsque les moyens d’action et les téléinformations qui les concernent sont simultanément indisponibles.

TELECOMMANDES ET CONSIGNES

Les caractéristiques des moyens d’action sont décrites en termes de :

  • existence d’une datation et d’un délai de péremption : ces options sont acquises une fois pour toutes et ne sont donc pas évolutives
  • temps d’acheminement, disponibilité, exactitude et aux : ces performances sont, contrairement aux premières citées, susceptibles d’évoluer et elles doivent faire l’objet d’un contrôle.

Les définitions de quelques notions sont rappelées ci-dessous :

Délai de péremption

Le délai de péremption d’une télécommande ou d’une consigne caractérise le temps après expiration duquel elle ne doit plus être exécutée lorsqu’elle est reçue.

Temps d’acheminement

Le temps d’acheminement est le temps qui s’écoule entre l’émission d’une télécommande ou d’une consigne et sa réception sur l’automate local qui en est destinataire.

Disponibilité

Une télécommande ou une consigne est disponible si une fois lancée elle arrive à un destinataire avant son délai de péremption.

Exactitude

Une télécommande ou une consigne est dite exacte si elle arrive au(x) bon(s) destinataire(s) et si elle est correctement exécutée sous réserve qu’elle ne soit pas interdite par les automates locaux de contrôle (contrôle par Automate de Contrôle de Manœuvre des Sectionneurs, conditions de rebouclage. tranche en exploitation particulière…).

Flux

Le flux de télécommandes ou de consignes décrit le nombre de télécommandes ou de consignes qui peuvent être émises en une seconde (blocage régleurs par exemple).

TELESIGNALISATIONS

Les caractéristiques des télésignalisations sont décrites de la manière suivante :

  •  existence d’une datation : elle est acquise une fois pour toutes et n’est donc pas évolutive
  • temps de mise à disposition, disponibilité et exactitude : ces performances sont, contrairement à la première citée, susceptibles d’évoluer et elles doivent faire l’objet d’un contrôle

Les définitions de quelques notions sont rappelées ci-dessous :

Temps de mise à disposition

Le temps de mise à disposition caractérise le temps au bout duquel un changement d’état sur le terrain est indiqué en entrée des systèmes de conduite des dispatchings.

Disponibilité

Une TS est dite disponible lorsqu’elle arrive à ses destinataires.

Exactitude

Une TS est exacte si, lorsqu’elle est disponible, elle indique le bon état du bon organe.

Remarque :

Une TS invalide est une TS disponible, signalée et significative d’un état indéterminé pour le système de transmission (position d’organe ni ouvert, ni fermé, ou informations divergentes dans des Bases de Données de la chaine de téléconduite).

TELEMESURES
Télémesures utilisées pour l’exploitation courante des réseaux
Les télémesures sont décrites en termes de :

  • caractéristiques qui sont acquises une fois pour toutes et qui ne sont donc pas évolutives : la datation – synchronisation.
  • performances qui sont, contrairement aux premières citées, susceptibles d’évoluer dans le temps et qui doivent faire l’objet d’un contrôle : l’erreur, l’étendue de mesure, le temps de mise à disposition, l’exactitude, la disponibilité et la période de renouvellement.

Quelques-unes des notions utilisées sont définies ci-dessous :

Erreur
L’erreur caractérise l’écart maximal entre la valeur de la grandeur physique mesurée et la valeur délivrée à l’utilisateur. Elle s’exprime en % de la borne supérieure de l’étendue de mesure.

Etendue de mesure

L’étendue de mesure est l’ensemble des valeurs de la grandeur physique observée pour lesquelles l’erreur est inférieure à l’erreur spécifiée.

Temps de mise à disposition

Le temps de mise à disposition correspond au temps au bout duquel une variation détectable de la grandeur physique observée est reproduite en entrée du système de conduite du dispatching avec une erreur inférieure à l’erreur demandée.

Exactitude

Une télémesure est exacte si, lorsqu’elle est disponible, elle délivre la valeur de la grandeur physique mesurée dans la plage d’erreur demandée.

Disponibilité

Une télémesure est dite disponible lorsqu’elle arrive à ses destinataires selon le cycle attendu.

Période de renouvellement

La période de renouvellement correspond au cycle de mise à disposition des télémesures.

Télémesures utilisées dans le cadre des systèmes de réglage

Les besoins de certains systèmes de réglage peuvent conduire à spécifier, au lieu de l’erreur globale, la précision et la résolution attendues :

Précision

La précision est l’écart maximal entre la valeur mesurée et la valeur réelle pour la partie analogique de la chaîne de mesure. Elle s’exprime en % de la borne supérieure de l’étendue de mesure.

Résolution

La résolution est le majorant, sur l’étendue de mesure, de la plus petite variation détectable de la grandeur physique mesurée. Elle s’exprime en % de la borne supérieure de l’étendue de mesure.

DELAI DE REPARATION

Le délai de réparation sépare l’instant où l’utilisateur signale une panne (ou une non-conformité aux critères de qualité) au service de maintenance et l’instant où la donnée est remise à disposition dans les conditions contractuelles.

Ce critère se superpose à l’ensemble des critères précédemment cités et il détermine la qualité des prestations de maintenance du système de téléinformations.

A2. Les performances attendues

LES DIFFERENTS TYPES DE SITES (POSTES ET CENTRALES)

 Les différents niveaux de postes :

Les exigences en matière de disponibilité sont différenciées en fonction du type de poste.

Trois niveaux de postes ont été définis, les postes 400. 225 et 150 kV relevant systématiquement du niveau 1. La classification des postes HT, quant à elle, a été élaborée en prenant en compte les conclusions du Groupe de Travail SME – STET « Réseau de sécurité bas niveau ».

 Suit ici un ensemble de conditions pour faciliter le classement des postes dans les catégories précédentes. La possibilité est néanmoins offerte aux régions de modifier le classement de certains postes pour tenir compte de spécificités locales et régionales. Ceci permet de donner un cadre permettant de traiter rapidement la plupart des postes dans le respect d’une équité entre région et entre client, tout en s’appuyant sur l’intelligence des acteurs locaux pour traiter des cas particuliers dont la codification plus exhaustive alourdirait les règles, sans pour autant apporter plus de garantie d’efficience.

Tous les postes d’un même site (même codification nationale) étant généralement accessibles ou inaccessibles en même temps on parlera plutôt de niveau de site en considérant que c’est celui du poste de niveau le plus élevé (par exemple niveau 1 pour un site comportant un poste de niveau 1 et d’autres de niveau 2 ou 3).

Les différents types de centrales (rappel) :

L’acheminement des informations qui concernent les centrales thermiques est assuré de bout en bout par les USI pour le compte des GET des UE, tout comme la transmission des données relatives au poste d’évacuation. L’accessibilité demandée pour la centrale sera systématiquement la même que celle du poste d’évacuation.

Les données qui concernent les centrales hydrauliques, quant à elles, sont acheminées par les USI pour le compte des GEH des UE entre tes usines et les postes de commande des PHV. L’accessibilité d’une centrale hydraulique est donc un critère à part entière ; les valeurs demandées sont différenciées selon que les centrales seront intégrées ou non dans le programme téléconduite 2000.

LA NOTION DE CATEGORIE

Les demandes formulées par l’Exploitation Système en ce qui concerne les performances d’une téléinformation traduisent l’importance que revêt cette télécommande, cette télésignalisation ou cette télémesure pour la conduite du système.

Mises à part les téléinformations dont la panne peut nécessiter une réparation urgente vu les circonstances exceptionnelles d’exploitation (pannes simultanées, consignation en cours, etc …), deux catégories de téléinformations ont été définies en fonction de la gêne éprouvée par l’utilisateur qui y est le plus sensible (CNES ou CRES) en cas de perte :

  • Catégorie 1 : élément primordial, dont la qualité est essentielle et dont les défaillances doivent être détectées rapidement et palliées dans les meilleurs délais.
    Les télécommandes et les télésignalisations relatives à la position des matériels THT et HT ou à la situation des tranches thermiques relèvent par exemple de la catégorie 1. Les télémesures d’interconnexion appartiennent également à la catégorie 1.
  • Catégorie 2 : élément important d’aide à la conduite dont la qualité doit être bonne.
    Les télécommandes et les télésignalisations relatives aux réenclencheurs et aux automates appartiennent par exemple à la catégorie 2.
    Les télémesures de puissance qui présentent un degré de redondance (mesures aux deux extrémités d’une ligne) appartiennent à la catégorie 2.

Pour les téléinformations destinées au CNES, il est rappelé que le délai de réparation demandé est de :

  • 48 heures en jours ouvrables pour la catégorie 1,
  • 15 jours pour la catégorie 2.

En attendant la prise en compte de ces contraintes d’intervention dans les contrats régionaux, le CNES a convenu auprès des CRES que le délai d’intervention à respecter pour la catégorie 1 pourrait être un « délai de première intervention » pour réparation ou diagnostic, sous réserve que cette intervention ait lieu le 1er jour ouvrable suivant celui de la déclaration de panne par le CNES.

Ces délais sont aujourd’hui les seuls critères pour lesquels une action différenciée par catégorie est possible compte tenu de la structure actuelle des installations. Dans l’avenir, cette notion de catégorie pourra être étendue à d’autres critères.

Remarque :

Les autres informations éventuellement transmises au dispatching après analyse par les UE sont par exemple des télésignalisations relatives à la surveillance des protections ou des asservissements. Elles sont citées globalement sous le terme générique d « Alarmes surveillance des matériels » et n’ont été affectées à aucune catégorie.

L’INACCESSIBILITE et L’INDISPONIBILITE

Comme indiqué ci-dessous :

  • les postes et les centrales hydrauliques sont caractérisés par leur inaccessibilité tolérée
  •  à chaque télémesure est associée l’indisponibilité tolérée correspondante. Elles sont calculées de la manière suivante :
  •  à chaque télésignalisation est associée l’indisponibilité tolérée correspondante, élaborée sur la base des télésignalisations doubles et hors inaccessibilité sites.

Inaccessibilité = (Nbre d’h d’inaccess. cumulées par an pour toutes les TM des sites du niveau N (resp centr. Hydr.) ) / (8760 x nbre total de TM des sites du niveau N (resp centr. Hydr.) )


Indisponibilité TM = (Nbre d’h d’indisp. cumulées par an pour toutes les TM des sites du niveau N (resp centr. Hydr.) ) / (8760 x nbre total de TM des sites du niveau N (resp centr. Hydr.) )


Indisponibilité TS = (Nbre d’heures cumulées par an d^’ indisponibilitédes TS) / (8760 x nbre total de TS )

Ici figurent différents tableaux donnant les valeurs limites pour les différents  paramètres  en fonction des niveaux et en fonctions de l’arrivée dans le temps des évolutions de la téléconduite (arrivée d’ARTERE, généralisation des TEP et ICT etc…)

L’EXACTITUDE
L’exactitude moyenne attendue des TM (hors TIE) sera fonction de la nature des téléinformations (avant et après généralisation de la TEP).
Ces performances pourront être négociées localement dans le cadre de conventions, après une meilleure appréhension de leurs valeurs à l’aide d’outils comme par exemple SQUALE et l’application T91 (cf. Annexe 7, réf [9]).

LES AUTRES PERFORMANCES ATTENDUES DU SYSTEME DE TELEINFORMATIONS
Quelques soient les voies d’acheminement employées ce doit être :

Télécommandes et consignes :

Temps d’acheminement Délai de péremption Flux
10 s 30 s Voir cas détaillés

Télésignalisations :

Temps
10 s

Télémesures :

Temps de mise à disposition Période de renouvellement Erreur Etendue de mesure
10 s 10 s Voir cas détaillés Voir cas détaillés

LE DELAI DE REPARATION
Les délais de réparation, différenciés selon la catégorie du moyen d’action ou de la téléinformation, figureront explicitement dans les contrats régionaux et seront respectés dans 90 % des cas (cf. Annexe 7, réf (10J).
Les valeurs correspondantes devront être cohérentes avec les performances définies régionalement en matière d’exactitude et de disponibilité.

A3. Modalités d’application

3.1. Les dispositions particulières
Les équipements spécifiques correspondant à des situations d’exploitation limitées ou à des expérimentations localisées ne sont pas répertoriés dans la Note Saumon.
La spécification des performances conduit par ailleurs à distinguer les besoins des dispatchings national et régionaux. Toutefois, toute information mise à disposition au niveau d’un dispatching régional doit pouvoir, le cas échéant, être acheminée vers tout autre dispatching auquel elle est nécessaire.
Les demandes formulées par les Unités de l’Exploitation du Système s’inscriront, à ces restrictions prés, dans le cadre défini par la Note Saumon.

3.2. Le suivi des performances
Certaines des performances spécifiées ci-dessus peuvent être suivies grâce à des indicateurs disponibles sur des outils existants (cf. Annexe 7, réf [9]):
« état douteux » pour l’inaccessibilité poste,
« invalidité TM » pour l’indisponibilité des télémesures,
« invalidité TS » pour l’indisponibilité des télésignalisations hors inaccessibilité site.
L’exploitation des autres indicateurs (inexactitude télémesures, délai de réparation) se fera sur la base d’outils à préciser.

Retour vers le début de la note

 

CHAPITRE B : Réseaux THT et HT
L’objectif de ce chapitre est de donner les règles générales régissant les besoins en téléinformations (TS, TM) et télécommandes (TC)

  • pour chaque niveau de conduite / commande
  • pour chaque type de téléinformation.

La mise en œuvre s‘appuie sur le découpage en tranche électrique du réseau électrique 

La liste des tranches décrites dans la note saumon correspond à l’état de l’époque. On y trouve :

  • Tranche générale
  • Tranche ligne THT
  • Tranche autotransformateur côté 400 kV
  • Tranche autotransformateur côté 225 kV
  • Tranche réactance
  • Tranche couplage, tronçonnement ou liaison barres THT
  • Tranche sectionnement THT
  • Tranche protection différentielle de barres
  • Tranche contrôle barres THT
  • Tranche transformateur THT/HT côté THT
  • Tranche transformateur THT/HT côté HT
  • Tranche transformateur THT/MT
  • Tranche condensateurs
  • Tranche ligne HT
  • Tranche couplage, tronçonnement ou liaison barres HT
  • Tranche sectionnement HT
  • Tranche contrôle barres HT
  • Tranche compensateur
  • Tranche transformateur HT/MT côté HT

Pour chaque tranche on trouve un document semblable à celui-ci-dessous (tranche ligne THT p1 et x))

Que trouve-t-on dans ces fiches ?
Les principales colonnes :

  • désignation donne le libellé de la signalisation/commande concernée
  • type indique s’il s’agit d’une TS, TC ou TM
  • Libellé donne le libellé retenu dans les équipements de téléconduite (niveau bas)
  • Mise à disposition indique si la téléinformation concernée doit être acheminée vers (ou depuis) le PA, le PCG, le dispatching régional, le dispatching national. Cette classification a été effectuée en prenant en compte
    • Le degré d’urgence de l’évènement considéré et des interventions nécessaires
    • Le niveau d’utilisation de ce moyen d’action ou de cette téléinformation (conduite du réseau, surveillance des installations)
    • Les exigences en matière de sécurité d’exploitation, en particulier en cas de défaillance des équipements de transmission
  • Catégorie indique la catégorie (cf chapitre A)
  • Erreur% s’applique aux télémesures : Elle permet de connaitre l’erreur de mesure acceptée.
  • Etendue de mesure s’applique aux télémesures : Elle permet de régler les pondérations de la chaîne de mesure pour donner le réglage le plus pertinent (pas trop de perte de sensibilité, mais une vision suffisamment large des valeurs au-delà des IMAP pour apprécier les risques (de déclenchements notamment).
  • Remarques contient des compléments d’informations, des explications, des règles… Dans l’exemple ci-dessus on trouve la méthode pour calculer la Pmax en fonction des protections de la ligne, ou des aides pour savoir si on équipe les deux extrémités de la ligne en mesure de réactif.

D’autres colonnes apparaissent ponctuellement sur certaines fiches (par exemple : flux qui sert au dimensionnement du flux pour la commande des blocages régleur, disponibilité)
De façon générale, l’objectif a été, là encore, de donner un cadre de cohérence global, tout en laissant des espaces de liberté raisonnable pour traiter, de façon pertinente, des spécificités liées aux conditions locales (structures de réseaux, sensibilités particulières, historiques….)
Retour vers le début de la note

 

CHAPITRE C : Production nucléaire
Ce chapitre rappelle que la note saumon ne traite que du besoin en téléinformations, les besoins en actions étant traités par ailleurs (Classeurs bleus)
On retrouve dans ce chapitre des fiches du même modèle que celles vu au chapitre B.
Elles sont regroupées en deux ensembles, celles concernant les liaisons Centrale-Poste à 1 disjoncteur et celles concernant les liaisons  Centrale-Poste à deux disjoncteurs. Des schémas sont fournis pour illustrer la typologie de ces deux types de raccordement en fonction des caractéristiques des groupes raccordés (puissance, schéma d’auxiliaires etc…).

Retour vers le début de la note

 

CHAPITRE D : Production thermique à flamme
Ce chapitre rappelle que la note saumon ne traite que du besoin en téléinformations, les besoins en actions étant traités par ailleurs (Classeurs bleus)
On retrouve dans ce chapitre des fiches du même modèle que celles vues au chapitre B.
Elles sont regroupées en trois ensembles, celles concernant les liaisons Centrale-Poste à 1 disjoncteur, celles concernant les liaisons Centrale-Poste à deux disjoncteur et celle concernant les turbines à combustion.

Retour vers le début de la note

 

CHAPITRE E : Production hydraulique
Ce chapitre concerne tous les groupes hydrauliques retenus pour le premier palier du programme téléconduite 2000 ainsi que les groupes appartenant à des usines de plus de 10MW s’ils revêtent une importance particulière au niveau régional.
On retrouve dans ce chapitre des fiches du même modèle que celles vues au chapitre B.
Le lieu de mise à disposition des téléinformations (DN, DR, PCH, PHV…) diffère selon le temps de réaction qui leur est associé. Si elles présentent un caractère d’urgence les téléinformations doivent remonter à un dispatching (DR et/ou DN), sinon elles peuvent rester à la centrale ou à un point de commande centralisé de la production hydraulique, les échanges avec les dispatchings se faisant par téléphone.

Retour vers le début de la note

 

CHAPITRE F : Les fonctions système
Les fonctions système ont été regroupées en trois domaines

  • Le réglage fréquence puissance (RSFP)
  • Le réglage secondaire de tension
  • Les autres fonctions (blocages de régleurs, ACMC, plan de défense et quelques ordres SAS diffusés par les EDT).

On retrouve dans ce chapitre des fiches du même modèle que celles vues au chapitre B.

Retour vers le début de la note

 

LES ANNEXES

Globalement les annexes peuvent être classées en deux grandes catégories

  • Celles concernant la vie de la note Saumon, traçabilité des évolutions, des accords passés, retour d’expérience, glossaire…
  • Celles permettant de préciser les typologies des postes électriques afin de faciliter le lien avec les indications portées dans les fiches vues plus haut.

Pour mémoire la liste des annexes est la suivante :

    • 1 – Les notes d’accord
    • 2 – Récapitulation des modifications apportées au fascicule 1 (édition de 1992)
    • 3 – liste de diffusion
    • 4 – Classification des postes HT établie par le groupe de travail SME/STET « Réseau de sécurité bas niveau »
    • 5 – Schémas simplifiés de représentation des types de postes
    • 6 – retour d’expérience du document
    • 7 – Références documentaires
    • 8 – lexique des sigles employés

Retour vers le début de la note

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *