SDART Le réseau de transmission temps réel (TTR)

Ce réseau sert à des échanges d’informations entre Dispatchings régionaux et entre Dispatchings régionaux et Dispatching national.

Architecture du réseau

Ce réseau est constitué par les sept calculateurs d’acquisition des dispatchings régionaux et le dispatching national. Il s’agit d’un réseau à commutation de paquets de longueur maximale égale à 128 octets. La transmission se fait en mode synchrone full duplex et les procédures de transmission sont conformes à l’avis X25 du CCITT.

Il s’organise autour d’un commutateur central constitué par un ensemble de deux calculateurs « Solar 16-40 » implantés au dispatching national, relié en étoile par des lignes de transmission doublées aux CACQ régionaux (également des Solars 16-40). Il est conçu pour recevoir au total 16 stations pour tenir compte des liaisons possibles vers les dispatchings étrangers. Les liaisons internes entre les calculateurs de traitement des dispatchings s’effectuent par des liaisons locales en bande base à 50 kbits/s. Entre le commutateur central et les calculateurs d’acquisition les liaisons empruntent des lignes PTT de qualité supérieure et fonctionnent à 9600 bits/s.

Dans un premier temps ces liaisons sont partagées entre réseau TTR et réseau télégraphique COMETE à raison de 7200 bits/s pour le premier et 2400 bits/s pour le second.

Mécanisme de fonctionnement

Quand une information est acquise par un CACQ, celui-ci la diffuse à chacun des destinataires intéressés par le mécanisme suivant : En simplifiant, pour chaque destinataire le CACQ prépare un message qui contient éventuellement différents types d’informations intéressant ce même destinataire, en respectant des règles d’un processus d’élaboration bien codifié. Puis le message est émis, avec la mention du destinataire et de l’expéditeur, sur le réseau TTR. Le commutateur central le reçoit, reconnaît le destinataire et le retransmet, sans modification, vers le destinataire final. Afin de s’assurer du bon contrôle de l’ensemble de la transmission, le destinataire envoie, par un message spécial constitué à cet effet, un accusé de réception vers l’émetteur en utilisant l’adresse de l’expéditeur mentionnée. L’expéditeur conserve en mémoire le paquet envoyé jusqu’à réception de cet accusé. Une répétition est nécessaire si l’accusé ne revient pas.

Sécurité de transmission

Les voies de transmission sont surveillées en permanence, la voie active par le trafic des informations utiles. Pour la voie de secours, un trafic de messages de service (des messages bulle pour les habitués) permet de garantir la permanence de cette ligne. Le commutateur central de par sa position privilégiée surveille en permanence l’état du réseau. Il diagnostique les défauts et les répercute vers les CACQ par le moyen d’une carte d’état du réseau qu’il leur transmet toutes les 10 secondes. C’est par cette carte qu’un expéditeur peut savoir qu’un destinataire est inaccessible, car sa liaison avec le commutateur central est indisponible.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *